La master class avec Francis Perrin

La master class avec Francis Perrin

Francis Perrin : le modeste malgré lui

Une matinée de rencontre autour du parcours de ce grand homme de théâtre

Merci à Jean-Pierre Zéréni pour son retour sur cette rencontre et à Lucia Néri pour les photos

« 34 films, 6 bouquins, 49 pièces jouées dont 4 en qualité d’auteur, les nombreuses récompenses qui vont avec … Tout pour se faire mousser comme le dit lui-même l’artiste; mais l’on sent bien dès le début de la master class que pirouette, clin doeil et pied de nez l’accaparent plus que le véritable orgueil… Il est comme ça, Francis Perrin, il ne se prend que pour ce qu’il est : un artisan, passionné et forcené de son art, pétri d’humilité et de respect du public. C’est pour lui qu’il respire depuis ces 50 ans de métier qu’il fête cette année. Michael Jackson peut bien venir le voir sur scène pour peut-être adapter le spectacle musical qu’il donne ? Qu’a cela ne tienne, c’est de ne pas avoir pu jouer Cyrano de Begerac comme il le souhaitait qui l’agace encore. Le théâtre avant tout.

 

Depuis son premier vrai succès personnel : Citron Automatique, joué pourtant le soir à minuit en la banlieue d’Antony, que de chemins parcourus. Il a côtoyé ou dirigé les plus grands dont il égrène dans une farandole infinie les noms prestigieux, il a dirigé aussi le Théâtre de Versailles, mais, sait-il au moment où il nous parle où l’entraîne encore son astre errant ? Peut-être se posera-t-il un temps aux Cours Acquaviva – Ateliers du Sudden, sait-on ? Pour le moment c’est le plus simplement qu’il dirige quelques-uns de nos élèves comédiens, infléchissant comme par enchantement leur jeu d’une seule indication subtile. Ici la magie joue à fond, l’effet est immédiat, l’enthousiasme déborde la scène, submerge le public conscient du phénomène. Ce n’est pas un monument, ô non, il n’aimerait pas, mais assurément une belle page d’histoire du théâtre français, ça il l’acceptera, qui nous parle posément… Francis Perrin est un modeste malgré lui.

 

Les élèves lui demandent, lui supplient de revenir, il ne dit pas non et tous en sont requinqués et confiants pour aborder leurs prochains cours avec plus de cette intériorité simple qu’ils lui ont vu dispenser par l’exemple. A leurs questions, lui répondit qu’il avait eu beaucoup de chance, tous les autres ont bien compris qu’il avait beaucoup fait travailler son immense talent.

 

Encore merci Monsieur Perrin pour cette master class ! »