Aux larmes citoyens

Aux larmes citoyens

Aux larmes citoyens

Un spectacle musical et historique créé par Raymond Acquaviva il y a 10 ans !

Dernière distribution

Maxime Bailleul, Jeoffrey Bourdenet, Louise Corcelette, Philippine Martinot, Arnaud Moronenko, Fabio Riche, Ghita Serraj et Lani Sogoyou – et les musiciens Pierre Boulben, Azelyne Cartigny, Quentin Morant et Hugo Prévot – assistant mise en scène Florent Hill

 

Sur des airs des 2 guerres

Spectacle composé non seulement des plus belles pages de Péguy, Claudel, Apollinaire, Dorgeles, Romain, Queneau, Aragon, Tardieu, mais également des magnifiques chansons populaires qui marquèrent ces époques.

C’est ainsi que de « Madame Arthur » au « chant des partisans » en passant par « La Madelon » le spectateur pourra feuilleter l’histoire de ces deux guerres qui endeuillèrent le monde, et se laisser porter par le rire et l’émotion à travers la mémoire de nos pères.

Puisse chacun de nous garder le souvenir de ces douleurs anciennes pour que nos enfants à leur tour, en ce nouveau millénaire, échappent à la barbarie

Une mise en scène de Raymond Acquaviva

1870

A l’image du Dormeur du Val de Rimbaud, une génération de français s’endormit sous les coquelicots de la lourde terre de Sedan.

1914

A l’image d’Apollinaire, leurs petits-enfants, tout à l’ivresse joyeuse de la reconquête de l’Alsace et de la Lorraine, firent jaillir leur sang dans les boyaux des tranchées.

1939

A l’image de Michel Manoukian, immortalisé par Aragon dans son poème « L’affiche rouge », leurs descendants, à leur tour s’engagèrent dans la résistance pour échapper à la barbarie. En ce moment où nous nous souvenons du début de la grande guerre et où nous célébrons le souvenir du débarquement, en ce moment où le canon recommence à gronder aux portes de l’Europe comme il tonne sur l’autre rive de la Méditerranée, le désir de porter un regard sur ces guerres de nos parents et de nos grands-parents s’imposait.

Je souhaitais aussi que de jeunes comédiens puissent, par cette aventure, prendre le relais du souvenir ; car si la jeunesse est malheureusement le sang de la guerre, elle est aussi notre espoir pour demain.

​Raymond Acquaviva, metteur en scène