Les femmes savantes

Les femmes savantes

Les femmes savantes, un classique de Molière mis en scène par Raymond Acquaviva

Distribution

Jean-Hugues Courtassol, Emilie Vidal et Johanna Boyé, Aude Gogny Goubert et Estelle Kitzis, Marc Hazan, Vincent Desprat, Charles Lelaure, Elise Diamant et Lauriane Lacaze, Guillaume de Moura, Benjamin Brenière, Mélissa Billard, Marianne Soumoy, Jérémie Graine et Jeoffrey Bourdenet.

Note d’intentions

Que dire des femmes savantes trois cents ans après leur création alors que le monde s’est totalement transformé et que la position des femmes  en particulier est devenue essentielle dans notre société. Il est certain que Molière fait une critique violente de ces femmes qui se disent savantes d’un savoir qui n’en est pas un, mais en même temps il ne dénigre pas leur droit au savoir. Non, il en condamne comme toujours les excès. A la lumière du 21ème siècle, nous pouvons brosser le portrait de 5 femmes face au pouvoir des hommes, celle qui choisit d’aimer un homme parce qu’elle est une femme libre (Henriette), celle qui choisit d’entrer en étude comme on rentre en religion parce qu’elle a peur de la sexualité (Armande), celle qui choisit la folie amoureuse cérébrale parce que l’homme n’est pour elle qu’un esprit (Bélise), celle qui veut dominer l’homme ou du moins être son égale, tant dans la vie domestique que dans la vie intellectuelle (Philaminte), celle enfin, qui prône la soumission à l’homme en toute circonstance et qui le reconnaît comme le maître absolu (Martine).

C’est au fond une pièce sur la guerre des sexes dont le savoir est un prétexte. Mais aujourd’hui si on y regarde de plus près, que nous disent certains pays de l’autre coté de la mer ? Et que peut exprimer notre assemblée nationale dans le pourcentage de sa représentativité féminine sinon que cette guerre est loin d’être achevée.